Chouette, je viens encore d’être congédié pour licenciement économique

licenciement économique indemnités calcul

Durant mes 30 dernières années de travail il m’est arrivé plusieurs fois d’arrêter de travailler pour ou de démissionner.

Voici l’histoire de mes nombreuses pertes d’emplois.

Première démission

La première fois que j’ai démissionné, c’était en 1989. Alors que j’occupai une place de monteur électricien dans une entreprise de 70 salariés, il m’est arrivé une opportunité de changer d’entreprise avec un bénéfice substantiel sur mon salaire.

C’était la première fois que je changeai de conditions de travail car je quittais l’installation et les chantiers pour une place d’électrotechnicien dans un service de maintenance.

A moi s’ouvrait un Nouveau Monde inconnu, d’une part pour le travail à effectuer et d’autre part du personnel de ma nouvelle entreprise. Dans un certain sens j’ai été heureux de quitter mon emploi quoique que un peu triste de quitter mes collègues de travail que j’avais côtoyé pendant 12 années.

Dans la vie si l’on veut avancer il faut regarder devant soi et savoir se séparer du passé. Le plus dur a quand même été le premier jour, car il faut se faire à ses repères et s’intégrer dans une structure inconnue.

J’ai toujours été habitué à faire du déplacement dans différentes régions de France est aussi à l’étranger et me voilà enfermé entre guillemets dans une usine remplie de machines que je n’ai jamais vues et encore moins dépannées.

Prenant mon courage à deux mains et toute ma motivation je me suis intéressé d’une part à l’industrie textile ou il a fallu apprendre de A à Z comment était fabriqué le fil et d’autre part se familiariser avec ces machines ultra modernes et robotisées qui étaient capables de fabriquer 20 tonnes de fil par jour.

Au fil des années j’ai fait ma place dans cet univers et me suis consacré à 100 % à la bonne marche de l’usine.

Premier licenciement économique

Comme on a l’habitude de le dire c’est la première fois qui fait mal.

De fin 89 à milieu 96, j’étais plus souvent à l’usine que chez moi, j’y étais le jour, la nuit et le week-end pour dépanner et maintenir la production.

Un matin le couperet est tombé, j’étais sur la liste de licenciement du à des difficultés économiques. Et c’est là que je me suis aperçu que personne n’était indispensable et pourtant j’en avais la conviction profonde vu que l’on m’appelait tout le temps pour dépanner.

Un an de galère

prime licenciement économique calcul

Il m’a fallu un an pour me restructurer et reprendre goût à la motivation qui nous fait avancer dans la vie.

Un an de chômage jusqu’au déclic qui m’a fait bouger de mon canapé et reprendre goût à la vie.

À cette époque je n’avais plus envie de travailler pour un patron. J’avais envie de créer mon entreprise est aussi de changer de métier.

Mon choix s’est porté sur une franchise de transport rapide qui consistait à travailler pour des grossistes en livrant leur matériel à leurs clients.

Ces ainsi que j’ai goûté aux joies de l’entrepreneur avec bien sûr tous ses avantages et surtout tous ses inconvénients.

Au jour le jour il fallait se battre pour défendre un chiffre d’affaires qui permettaient d’assurer la pérennité de l’entreprise.

Ces trois ans de franchise m’ont permis de comprendre l’autre côté de la barrière même si c’était a un petit niveau.

Il est vrai que je n’ai pas gagné énormément d’argent pendant ces trois ans mais au moins j’ai pu en vivre et faire vivre ma famille.

A la fin de mes trois années de transport le hasard a fait que j’ai eu un colis à livrer dans la deuxième usine de mon ex patron.

Au cours de cette livraison j’y ai rencontré le directeur que je connaissais très bien et nous avons discuté de mon activité.

Il n’avait toujours pas compris pourquoi on m’avait licencié et me demanda où j’en étais dans mon nouveau parcours.

C’est là que je lui ai répondu que ma franchise était sur le point de se terminer et après je n’avais aucun emploi. Et encore une fois le hasard fit bien les choses, en effet le directeur m’a pris qu’il était sur le point d’être muté dans l’usine où je travaillais avant et tout naturellement il me proposa de travailler avec lui en ayant la fonction de responsable maintenance.

Je ne pouvait pas rêver mieux que de retravailler aussitôt ma franchise finie et en plus dans un environnement que je connaissais par cœur avec en un poste à responsabilité.

Trois ans passèrent et malheureusement la concurrence asiatique nous a achevées et ce fut le dépôt de bilan. Je fus encore licencié.

indemnite licenciement économique calcul

Le retour aux sources après un deuxième licenciement économique

En cette année 2003 j’ai décidé de repartir dans mon ancien métier est de trouver un emploi dans l’installation électrique.

C’est là que l’on s’aperçoit qu’il est important de se faire un réseau de connaissances car grâces à un ami et collègue de travail j’ai pu me faire embaucher dans une petite entreprise d’installation électrique comme responsable de chantier.

Tout se passa bien pendant un an et devinez quoi : dépôt de bilan de l’entreprises et bien sûr licenciement économique.

Mon conducteur de travaux de l’époque avait un projet de création d’entreprises et me demanda si je voulais le suivre.

Aimant le goût du challenge et de l’aventure, nous avons démarré ensemble une entreprise d’installation électrique.

Une expérience qui dura deux ans et demi jusqu’à ce que je rencontre, au détour d’un fournisseur, un ancien collègue que j’avais perdu de vue depuis dix ans.

Nous avons renoué contact et au court d’une de nos conversations, il m’a fait comprendre que l’entreprise ou il travaillait recherchait un chef de chantier.

Démission

Encore une opportunité que je saisi avec enthousiasme et motivation car cela allait me permettre de changer de catégorie dans l’échelle des qualifications et de retrouver le même niveau que j’avais dans le textile.

Huit mois plus tard l’entreprise a connu des difficultés et bingo encore un licenciement économique.

Nouveau départ

Par chance tout le personnel a été repris dans une nouvelle structure crée pour l’occasion par une autre entreprise (que je vais appeler A) plus importante.

Cette structure était rattachée à la plus grosse(A) et était composée d’une dizaine de monteurs. Toute la partie administrative était gérée par la grosse entreprise (A) et nous n’étions en fait que de la main d’œuvres en sous-traitance.

En 2010 la grosse entreprise (A) a eu des difficultés a cause de la crise qui toucha énormément d’entreprises du bâtiment.

Elle du faire une cessation de paiement et se mettre sous syndic. Nous avons du nous aussi nous séparer de plusieurs de nos monteurs et avons poursuivi notre chemin jusqu’au 8 juillet de cette année.

En fait la grosse entreprise (A) s’est faite rachetée par une autre(que j’appellerai B), d’une région différente, et malheureusement ma structure ne fut pas conservée malgré un bilan positif.

Donc après quatre ans, retour à la case départ.

Après ce énième licenciement économique, je me suis posé quelque questions :

· Est-ce moi qui porte la poisse ?

· Est-ce un signe ?

· Est-ce encore une opportunité ?

En fait je n’ai même pas eu le temps de réfléchir à ces questions car, trois jours après notre notification de licenciement par l’administrateur judiciaire, j’étais convoqué par le patron de l’entreprise B qui me proposait de repartir avec eux avec exactement les mêmes conditions qu’avant.

Comme je suis en location permanente depuis deux ans dans une usine et que le client est satisfait de mes services, cela a permis de faire perdurer le contrat et comme cela tout le monde est content.

Conclusion sur le licenciement économique

 

licenciement économique calcul indemnité

Si nous faisons le bilan j’en suis à deux démissions et cinq licenciements économiques, ce qui n’est déjà pas mal en trente ans.

Comme vous l’avez vu c’est mon premier licenciement qui fut difficile car à cette époque je me croyais vraiment indispensable.

Maintenant je suis rodé et je prends cela avec le sourire car je sais que de toute façon je ne resterais pas sans activités car je crois beaucoup à la loi de l’attraction et à l’attitude positive.

Avez-vous eu de telles expériences ?

Il serait intéressant d’échanger nos expériences respectives ainsi que nos points de vue sur ce genre de situation qui peut nous tomber dessus à tout instant.

J’attends vos commentaires sur le licenciement économique.

Laurent

Iframe:
Les recherches les plus demandées:
  • licenciement economique (51)
  • licenciement economique qui part en premier (25)
  • 10 commentaires

    1. Bonjour Laurent,

      « Ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort. » affirme Nietzche.

      Possible, mais sur le moment présent, on a certainement pas d’autre choix que d’accuser le coup.

      Chance ou malchance ? Qui peut savoir ?

      Parfois on croit que les évènements décident pour nous mais
      c’est surtout la façon dont on réagit qui fait toute la différence.

      Je suis moi aussi branché au courant positif 😉
      Donc, j’aurais plus tendance à voir une opportunité là on pourrait croire à une fatalité.

      En tout cas bon courage pour la suite.

      • bonjour Jean-Charles,

        Merci de faire un petit passage sur mon blog et merci
        pour tes encouragements.
        Moi aussi dans chacune de ces situations je vois une opportunité,
        qui me rend plus fort a chaque fois.

        Cordialement

        Laurent

    2. Bonjour,
      J’ai moi même un profil atypique (juriste de formation initiale reconverti dans la maintenance informatique et actuellement commercial dans l’éclairage à LED haute puissance).
      J’ai subi 3 licenciements économiques et je suis effaré par les réactions des responsables des ressources humaines :
      – certains m’ont fait comprendre que je portais la poisse
      – d’autres critiques fermement mon cv contenant sois-disant trop d’expériences dans des domaines trop différents
      – etc.
      Bref les politiques ne cessent de répéter qu’il faut savoir rebondir et se former voire se reconvertir mais les entreprises n’entendent pas ce discours de la même oreille.
      Je suis aujourd’hui contraint d’essayer de monter des projets d’entreprises car mon cv fait peur aux recruteurs mais je reste fier de mon parcours et je me bat tous les jours en étant persuadé que je finirai par trouver une situation répondant à mes attentes.

      Eric

      • Bonjour Eric,

        Merci pour ce commentaire et ce retour d’expérience.
        Ce sont les échecs qui font la réussite, quoique dans
        notre cas ce ne sont pas des échecs car ces licenciements
        économiques son indépendants de notre volonté.
        Et comme je le disais dans mon article, chaque nouveau licenciement
        est d’un nouveau départ qui nous permet de rebondir et d’aller de l’avant.
        Bon courage à vous dans votre parcours.

        Laurent

    3. Bonjour Rémi.

      je vois que cette situation semble familière à un grand nombre de
      personnes. Il est vrai que suivant notre situation familiale, au moment de la terrible nouvelle, nous fait quelque peut réfléchir a notre avenir.

      Laurent

    4. Bonjour Laurent,

      J’ai moi-même connu cela. C’est une situation difficile surtout la première fois.
      Après cela peut être perturbant mais on rebondi plus facilement. Cela dépend également de l’ancienneté que l’on a dans l’entreprise et aussi de la région dans laquelle on se trouve. N’oublions pas non plus la situation familiale.
      Autant j’étais serein alors que j’étais seul autant maintenant avec une famille, je serais un peu plus perturbé je pense.

      A bientôt
      Rémi

    5. Bonjour Michèle,

      Merci pour vos encouragements et
      ces excellentes citations a méditer.
      J’ai toujours eu un mental fort et
      cela m’a toujours aidé.

      Cordialement

      Laurent

    6. Bonjour Laurent,
      Pour avoir connu ça voilà près de 20 ans, l’avoir dépassé mais savoir que ce n’est pas facile à vivre, même avec la meilleure volonté, je vous invite à méditer ces citations inspirantes :
      « Si tu traverses l’enfer, ne t’arrête pas » Winston Churchill
      « L’expérience n’est pas ce qui nous arrive. C’est ce que nous faisons de ce qui nous arrive ». Aldous Huxley
      « Il vaut mieux suivre le bon chemin en boitant que le mauvais d’un pas ferme. » Saint Augustin
      Gardez votre esprit positif et « attractif » 🙂 vous trouverez le « bon chemin »
      Bien cordialement ,
      Michèle

    7. Bonjour Cédric,
      Merci pour ce commentaire sympa qui me
      conforte dans mes idées.
      Pour le prochain licenciement, je vais encore
      attendre un peu 🙂

      Cordialement

      Laurent

    8. Je suis d’accord avec vous il faut continuer d’avancer et de croire qu’on peut s’en sortir! La positivisme il n’y a que ça de vrai.

      Apres 3 ans dans une société ou je n’étais pas bien, je suis parti en bon terme avec le staff (ce qui a été un vrai travail pour moi), bien m’en a pris car aujourd’hui encore ces relations me servent!

      Autre solution possible, partir à l’étranger ou les marchés sont plus flexibles et les possibilités d’évolution sont plus qu’intéressantes.

      Bon courage pour le prochain licenciement économique 🙂

    L'auto-hypnose pour perdre du poids et rester mince sur Synergies-Psy.com
    Lire les articles précédents :
    Pour les personnes qui veulent réaliser un branchement permutateur !

    Dans un précèdent article nous avons étudié les diverses manières de brancher un va et vient avec aussi des branchements...

    Fermer